• La bactérie, un tréponème, se transmet très facilement, en l'absence de protection ( le préservatif toujours!), par pénétration ou fellation.


    La colonisation des organes sexuels, de l'anus et de la bouche se traduit trois semaines après la contamination, par un chancre, une sorte d'ulcération " propre" - rosée, indolore, à fond lisse-accompagné d'un ganglion dans l'aine ( petite grosseur).



    Une syphilis passe souvent inaperçue, le chancre guérissant spontanément. Or, elle peut s'aggraver en l'absence de traitement puisque le tréponème persiste dans l'organisme. Dans les 3 à 12 mois, survient en effet une syphilis secondaire, qui prend la forme d'éruptions variées sur la peau.



    A ce stade, la maladie est toujours transmissible. Elle rend aussi plus facile la contamination par le virus du sida. Le traitement, à base de pénicilline est rapide et parfaitement efficace.
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Sûrement pas! Certains microbes ( tréponème, herpès ou papillomavirus) peuvent naviguer dans ce fluide qu'est la salive aussi facilement que les sécrétions vaginales...
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Une certitude: le risque de grossesse ( non désirée) existe dès les premières règles, même irrégulières, et dès le premier rapport. Pour contrer ce risque, plusieurs possibilités. Le meilleur choix? Celui qui vous convient, à votre mode de vie à l'instant "t", selon votre histoire personnelle ( tabac) et familiale ( de thrombose veineuse ou artérielle), celui que vous supportez bien, et que vous n'oubliez pas...



    Les contraceptifs sont pour la plupart hormonaux, souvent une association d'un oestrogène et d'un progestatif ( le lévonorgestrel en première intention). C'est ici le progestatif qui joue le rôle principal ( contraceptif), l'oestrogène ( minidose) assurant la régularité des " règles"-qui n'en sont plus tout à fait, plutôt des " hémorragies de privation", puisque l'ovulation est bloquée. Ils sont proposés sous forme de pilule, de patch ou d'anneau.




    Pour ces deux dernières formes, le progestatif est  de 3 ème génération et autorisé une fois seulement évacués les risques personnels de problèmes veineux. Deuxième possibilité, les progestatifs uniquement, sous forme de pilule ou d'implant ( qui reste en place pour trois ans); ils sont plus contraignants pour la régularité des saignements ou, concernant la pilule, les horaires de prise.



    Enfin, indiquée à l'adolescence aussi, les dispositifs intra-utérins au cuivre ou hormonaux ( ce que l'on sait peu), et surtout les préservatifs masculins ou féminins, qui sont les seuls à protéger aussi contre les IST.

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Comme l'ensemble du corps, le système auditif vieillit et ses fonctions


     régessent; les différentes parties de l'oreille sont concernées mais surtout l'atteinte des cellules sensorielles situées dans l'oreille interne qui provoque les plus sérieux tracas; en effet leur dégénérescence puis leur disparition entraînent une diminution progressive des capacités auditives.

    Cette baisse inéluctable de l'audition est appelée presbyacousie. Sur le plan médical, la presbyacousie est définie comme une surdité de perception, liée au vieillissement, et d'apparition progressive. Une analyse des causes de la presbyacousie montre que, contrairement à une idée répandue, cette surdité n'est pas naturelle et ne provient pas uniquement du vieillissement des cellules sensorielles; certes, elle apparaît avec l'âge, mais elle résulte en fait des actions conjuguées de facteurs nocifs, tels que la prise de médicaments ototoxiques, l'existence de certaines pathologies, et surtout l'exposition au bruit.

     

    La presbyacousie est ainsi le résultat du vécu auditif antérieur. Les premiers signes...La presbyacousie apparaît généralement vers la cinquantaine et de façon progressive et insidieuse car, le plus souvent, le sujet atteint n'a pas conscience de la dégradation de son audition.  Car, il n'existe pas de sons de références permettant de tester l'audition, alors que pour la vision, la lecture permet de constater la diminution de l'acuité visuelle.



    L'indice le plus sûr d'apparition de la presbyacousie est la difficulté à comprendre la parole dans des conditions
    acoustiques difficiles...lorsqu'on est éloigné de celui qui parle, lorsque plusieurs personnes parlent en même temps. Pour plus d'infos...

    www.audition-infos.org

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • En France, 3 millions de femmes souffrent d'ostéoporose et 12 millions présentent un risque après la ménopause. Cette maladie du squelette connue mais peu redoutée augmente considérablement  le risque de fracture. Chaque année, elle provoque 60000 fractures des vertèbres, 50000 du col du fémur et 35000 du poignet ( source société française de rhumatologie). Ce qui impacte la qualité de vie des patients. Face au manque d'information et de prévention, et d'éducation chez les plus jeunes, elle constitue un enjeu majeur de santé public, car en plus de son coût élevé pour l'assurance maladie, elle menace l'autonomie des personnes qui en souffrent.

     

     

    C'est quoi l'ostéoporose?

    C'est un déséquilibre pathologique du remodelage osseux, en quantité et en qualité. Il réduit la masse osseuse et en altère la résistance. L'ostéoporose peut être primaire ( liée à l'âge et à des facteurs de risques) et , ou, secondaire ( liée à dives traitements, maladies ou à l'hygiène de vie).



    Les symptômes?
    Il n'y en a aucun avant la survenue d'une fracture, le constat de la perte osseuse se faisant à ce moment.


    Des signes d'alerte?
    Un signe doit surtout alerter: la réduction de taille ( 4 cm au moins) souvent due à une fracture vertébrale. Après 50 ans, il faut se mesurer régulièrement et s'interroger lors de la survenue d'une fracture due à un choc faible", selon le Dr Lespessailles, rhumatologue.




    Des facteurs de risque connue?

    Le vieillissement est le principal. S'y ajoutent la ménopause précoce ( avant 40 ans), la maigreur et l'anorexie, un traitement prolongé à base de cortisone, une fracture du col du fémur chez l'un des parents, des antécédents familiaux. Sédentarité, tabagisme, alcoolisme, alimentation pauvre en vitamines, minéraux et surtout protéines. Une maladie inflammatoire! Oui, lorsqu'elle est inflammatoire ou auto-immune: maladie coeliaque ( intolérance avérée au gluten), de Crohn ou polyarthrite rhumatoïde.


    Pourquoi les femmes, plus que les hommes?

    Parce que leur masse osseuse et musculaire est moins importante que celle des hommes qui ne sont pas confrontés à la ménopause, et que " leurs pièces squelettiques sont moins épaisses", le squelette masculin met plus de temps, sauf maladie  à se déminéraliser.


    La ménopause est-elle un cap crucial?

    Les oestrogènes empêchent la destruction osseuse par leur action sur les ostéoclastes. Lorsque le corps ne les secrètes plus à la ménopause, il y a un risque d'ostéoporose et de fractures, surtout chez une femme présentant un déficit osseux et en particulier si elle suit un régime alimentaire aberrant.


    Est-elle toujours synonyme de fractures?


    Pas toujours, mais souvent. Les os spongieux des vertèbres, très sensibles au métabolisme hormonal, sont les premiers atteints. On a parlé longtemps de tassements vertébraux alors qu'il s'agit de fracture; d'ou l'importance de se faire suivre régulièrement et dépister tôt.

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique