• Entretenir et fortifier son squelette est primordial.

    Les Os sont un tissu vivant qui se détruit et se renouvelle en permanence jusqu'à la cinquantaine. A partir de cet âge, comme le reste des organes, ils sont soumis au vieillissement. Ils " fondent" plus vite qu'ils ne se reconstruisent, et ils perdent peu à peu en solidité et en résistance. A la différence de la peau qui affiche ses rides, rien ne signale un début d'ostéoporose. elle évolue longtemps, de façon silencieuse, sans provoquer ni douleur ni gêne articulaire. Ce processus inéluctable qui rend l'os poreux et susceptible de se casser s'explique par une perte de minéraux essentiels, comme le calcium et le phosphore, liée à la carence en oestrogènes à la ménopause.


    Le diagnostic se fait encore trop souvent à l'occasion d'une fracture. Les os les plus touchés sont ceux du col du fémur et du poignet, ainsi que les vertèbres. Celles-ci peuvent se fracturer lors d'un faux mouvement du dos ou en portant une lourde charge. Parfois, la fracture vertébrale provoque d'intenses douleurs et le diagnostic radiographique d'ostéoporose peut être rapidement posé.

    Mais la fracture peut aussi s'avérer indolore et passer inaperçue. Seule la perte de centimètres en témoigne. Un tassement de plus de 2 centimètres doit alerter le médecin et conduire à des examens plus approfondis. Un traitement est nécessaire, car de multiples fractures amènent à se voûter de plus en plus. Ce qui fragilise la respiration et la digestion, et altère profondément la qualité de vie.

    Un examen très efficace et sans douleur, mais souvent sous-prescrit.

    On estime que l'ostéoporose touche une femme sur trois après la ménopause et un homme sur trois après 65 ans. Lorsqu'elle est diagnostiquée suffisamment tôt, et traitée, il est possible de réduire de près de 50% le risque de fracture. Un examen simple, indolore et peu onéreux, l'Ostéodensitométrie, permet de mesurer avec précision la densité minérale osseuse, c'est à dire la teneur en calcium de l'os. En France, elle est remboursée à toutes femmes présentant des facteurs de risques ( ménopause précoce, antécédents de fracture, prise de corticoïdes pendant plus de 3 mois consécutifs, maigreur). Toutefois, différents experts, notamment du Groupe de recherche et d'information sur l'Ostéoporose  ( GRIO), la conseillent à toutes en début de ménopause.

    En effet, " la moitié des femmes ont déjà une ostéoporose sans facteur de risque spécifique", note le docteur Florence Trémollières, responsable de l'unité ménopause au CHU de Toulouse. Seul l'examen permet de la repérer et de mettre en place les mesures préventives. Il vous sera facturer 40 euros lorsqu'il est pratiquer à l'hôpital public. Votre médecin vous prescrira l'ordonnance, à vous de vous prendre en main.
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • ça gratte, ça brûle...les fillettes, comme les garçons, peuvent avoir des petits soucis, à soigner sans délai. Sensation de brûlure, rougeurs, démangeaisons...

    Quand une petite fille se plaint au niveau de son " sexe", c'est fréquemment à cause d'une vulvite. L'infection, bénigne, est assez courante, surtout entre l'âge de  trois et six ans. Et elle est souvent récidivante. Pour des raisons anatomiques, tout d'abord: la proximité de la vulve et de l'anus favorise la transmission des bactéries. La muqueuse vulvaire, qui ne produit pas encore d'estrogènes, a peu de moyens de défenses contre les infections. La flore vaginale n'est pas en place et ne peut donc assurer son rôle protecteur.

    Enfin l'absence de pilosité fait qu'il n'existe aucun barrage contre les germes. S'ajoutent ensuite d'autres facteurs irritants: le sable en été, par exemple, mais aussi et surtout le maintien d'une humidité qui permet la prolifération de germes. C'est souvent le cas quand les petites filles ne veulent pas aller aux toilettes à l'école et se retiennent. Résultats: des fuites, mêmes légères, peuvent faire le lit d'infections.

    Une bonne toilette intime , dès le plus jeune âge. Pour éviter les irritations, il faut donc insister auprès de l'enfant, qui ne doit pas se retenir de faire pipi pendant des heures. Ensuite, on l'accompagne dans son autonomie en lui montrant les bons gestes pour s'essuyer:

    objectif zéro humidité dans la culotte ( de préférence en coton), et bien aller d'avant en arrière avec le papier. Si elles sont pratiques quand on voyage, mieux vaut éviter l'utilisation de lingettes au quotidien. Côté toilette intime, on adopte un savon neutre ( sans parfum ni colorant). On se lave à la main-pas au gant-une fois par jour, éventuellement deux fois en cas d'irritations ( ou quand on est malade, diarrhée ...)
     

    On soulage la douleur.Oui, une vulvite, c'est douloureux! On va voir le pharmacien, ou mieux, le médecin. On peut soulager en faisant une toilette avec un savon spécifique enfant ( antiseptique)  et en cas de récidive, le médecin ou pédiatre...pourra prescrire un traitement contre les oxyures, des parasites intestinaux, souvent associés.  Les prélèvements vulvaires ne sont pas systématiques.

    Quand à la prescription d'antibiotiques, elle est rare ( seulement en cas de vaginite associée). Ces infections intimes passent d'elles mêmes autour de huit ans, avec la croissance de la région pelvienne et de meilleurs réflexes d'hygiène. Si la fillette est sujette aux vulvites dans l'enfance, elle ne sera pas plus exposée aux infections intimes de l'âge adulte ( cystites, mycoses, etc...).


    Les garçons aussi.Les petits garçons peuvent faire des infections du prépuce ( posthite) et, ou, du gland ( balanites). Ces infections sont souvent bénignes et guérissent en quelques jours avec des soins locaux. On utilise des antiseptiques de type chlorhexidine, en évitant si possible le Dakin, trop agressif sur les muqueuses et qui aggrave souvent les douleurs et les irritations.

    Ces balanites permettent parfois aux adhérences de disparaître spontanément. Il faut surtout dédramatiser la situation et expliquer le bon geste de décalottage à l'enfant, dès l'âge de trois ans, pour découvrir le gland de façon à le nettoyer correctement... sans oublier de recalotter après.Mais le mieux, comme pour les petites filles , quand il s'agit de donner des soins intimes, d'aller consulter son médecin.
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Les champignons ( mycose) qui infectent la peau, peuvent aussi toucher les ongles des doigts et des orteils. On parle alors d'onychomycoses. Elles sont plus courantes sur les orteils, survenant notamment chez ceux qui ont un pied d'athlète.

    Les mycoses de l'ongle épaississent et déforment l'ongle qui peut se détacher de la peau, s'effriter et tomber. Ces infections se rencontrent principalement chez l'adulte et peuvent être difficiles à guérir, mais une bonne hygiène aide à les prévenir.

    Causes:

    Ce sont les dermatophytes ( types de champignon). Marcher pied nus dans les 
    vestiaires, à la piscine ou dans d'autres lieux publics chauds et humides augmente le risque de contracter une mycose de l'ongle. Le diabète et les autres maladies affectant la circulation sanguine des mains et des pieds également.

    Prévention:

    Le port de sandales ou de chaussures dans les lieux à risque est recommandé. Le prompt traitement d'un pied d'athlète peut empêcher les mycoses de se propager aux ongles. une fois l'ongle guéri, l'application d'un vernis antifongique pourra faire partie de la prophylaxie pour empêcher une récidive.

    Diagnostic:

    Un médecin peut prélever un échantillon d'ongle pour analyse en laboratoire afin de confirmer le diagnostic initial établi sur l'aspect.

    Traitement:

    On traite aux antifongiques. Cela peut demander trois mois ou plus avec risque de récidive. L'application d'un vernis antifongique suffit parfois dans les cas  légers à modérés, mais les antifongiques par voie orale sont nécessaires dans les cas sévères ou récidivants. Voir avec votre médecin.
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Région du membre inférieur située en arrière de l'articulation du genou. En forme de losange, le creux poplité est limité par l'écartement des muscles ischiojambiers en haut et celui des jumeaux en bas. Dans sa partie médiane et profonde,

    le creux poplité est un carrefour vasculonerveux composé, d'une part, de l'artère poplité et de la veine poplité, d'autre part, du nerf sciatique, qui se divise dans sa partie haute en deux nerfs à fonction motrice et sensitive: le sciatique poplité interne et le sciatique poplité externe.


    En surface se trouve la veine saphène externe, qui se jette dans la veine poplité profonde. Pathologie: La palpation du creux poplité sur une jambe en demi -flexion permet de déceler un 
    anévrisme ( dilatation) de l'artère poplité.

    Par ailleurs, la veine saphène  externe, lorsqu'elle est atteinte de varices, est ligaturée dans le creux poplité. Enfin, le creux poplité peut être le siège de kystes poplités, formations rondes et remplies de liquide synovial qui surviennent souvent en cas d'hydarthrose chronique du genou.
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Tumeur bénigne du plancher de la bouche, sous la langue. Une grenouillette est due en général à une rétention des sécrétions d'une glande salivaire dans la muqueuse buccale.

    Les causes de ce phénomène demeurent inconnue. Une grenouillette se présente sous la forme d'une petite boule lisse. Le traitement consiste à inciser la tumeur sous anesthésie locale pour permettre l'évacuation du liquide qu'elle contient.

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique