• Infection et inflammation de l'épiglotte, le cartilage qui recouvre et protège la trachée lorsqu'on avale, l'épiglottite constitue une urgence médicale car l'inflammation peut provoquer l'asphyxie, à moins d'une intervention immédiate.

    Elle se signale par un mal de gorge intense et soudain, aussitôt suivi de fièvre, d'une respiration difficile et bruyante, et de difficultés pour avaler.La présence de ces symptômes nécessite une consultation immédiate aux urgences de l'hôpital le plus proche.

    Rare, cette affection touche avant tout l'enfant, mais pas seulement.

    Causes:

    L'infection bactérienne à l'haemophilus influenzae de type b est la cause la plus fréquente, contre laquelle il existe un vaccin qui a réduit le nombre de cas.

    Toutefois, d'autres bactéries, voire certains virus, peuvent aussi être à l'origine de cette affection. Et le risque augmente lorsque le système immunitaire est affaibli par la maladie ou par la prise d'immunodépresseurs tels que la prednisone ( ou cortisone).

    Prévention:

    La vaccination prévient les causes les plus communes. Evitez tout contact avec quelqu'un souffrant d'épiglotite ou d'infection des voies respiratoires supérieures. Consultez votre médecin si vous pensez avoir été exposé.

    Diagnostic:

    Le médecin examine le larynx pour déterminer si l'épiglotte est rouge et gonflée. Pour ue vue plus détaillée, il prescrira des radios du cou. Une analyse bactériologique d'un prélévement sur gorge ainsi qu'un test sanguin peuvent être demandés pour déterminer la cause spécifique de l'infection. 

    Si vous suspectez une épiglottite, n'examinez pas la personne vous même; vous risquez de provoquer un spasme de la gorge et de bloquer la trachée en appuyant sur la langue pour regarder.

    Traitements:

    L'intervention immédiate est essentielle pour empêcher l'infection d'asphyxier le patient ou de s'étendre au cerveau, aux poumons et ailleurs. L'épiglottite doit être soignée à l'hôpital.

    On améliore en priorité la respiration, souvent grâce au masque à oxygène. Si ce n'est pas suffisant, le patient est intubé par la bouche ou par le nez...Prise à temps, l'épiglottite se soigne très bien.
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Cette inflammation douloureuse du larynx ( la boîte vocale)) s'accompagne parfois de fièvre. elle restreint le mouvement des cordes vocales, deux replis de tissus à l'intérieur du larynx, en les empêchant de vibrer correctement au cours de la parole:


    la voix s'enroue ou disparaît momentanément. La laryngite survient en général pendant ou après un rhume ou à la suite d'un surmenage vocal. Bien traitée, cette affection en général anodine guérit spontanément en quelques jours

    . Causes:
    Les causes de la laryngite sont l'infection ou l'irritation. Le cas le plus fréquent est l'infection virale correspondant au rhume. Elle peut aussi être le produit d'infections bactériennes, allergies respiratoires, du tabagisme, de l'inhalation de produits chimiques irritants,

    d'un surmenage vocal ( cris, discours ou chant prolongés), et, pour certaines personnes, de la consommation d'alcool. Certains inhalateurs anti-asthmatique peuvent déclencher une laryngite.

    Prévention:
    Tout d'abord, de même que pour les infections des voies respiratoires supérieures, lavez-vous les mains après avoir été dans un lieu public et évitez le contact rapproché avec les personnes atteintes.

    Ensuite, ne fumez pas et limitez votre exposition à la fumée. Réduisez votre consommation d'alcool si vous pensez qu'elle cause vos laryngites. Enfin, essayez de ne pas forcer votre voix. Si vous devez parler ou chanter longtemps, reposez votre voix en gardant le silence dès que possible.

    Un orthophoniste   peut vous enseigner des techniques pour utiliser votre voix sans l'abîmer. Diagnostic: Il est établi à partir de l'observation d'un enrouement caractéristique ou d'une aphonie et d'un examen de la gorge.

    Si les signes persistent au-delà de quelques jours et sont associés à d'autres symtômes, consultez un médecin, car certaines affections plus grave peuvent causer un enrouement, dont l'amygdalite, le croup, les nodules et polypes des cordes vocales et le cancer de la gorge.

    Traitements:
    Il s'agit principalement de réduire l'inflammation du larynx. Buvez plus de six tasses de thé ou verres d'eau par jour, appliquez des compresses chaudes sur la gorge, et utilisez un humidificateur pour dormir.

    En outre, reposez vos cordes vocales en parlant doucement. Evitez la fumée et autres substances irritantes.
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Chaque année, 1,7 million de femmes dans le monde développent cette maladie. efficience des traitements et qualité de vie des patientes restent une priorité.

    Le CyberKnife " M6" pour ajuster la radiothérapie:

    Cet appareil de radiologie de très haute précision permet de traiter au plus près ( avec une marge d'erreur inférieure à 1 mm) les métastases, tout en épargnant les organes sains environnants. Son bras robotisé et son système d'imagerie détectent ainsi les mouvements du patient et de la tumeur. " Même si vous dites au patient de ne pas bouger, le simple fait de respirer entraîne un mouvement. L'appareil analyse tous ces paramètres en direct, de manière à délivrer la bonne dose de rayon au bon endroit. C'est la machine qui s'adapte au patient!" explique le cancérologue et radiothérapeute Alain Toledano, directeur du centre de radiochirurgie Hartmann, à Paris.
     
    Le TEP scan pour prédire l'efficacité des médicaments.

    Une nouvelle indication thérapeutique de ce scanner a été présenté en mai, lors du dernier congrès de cancérologie de l'Association américaine d'oncologie clinique ( Asco). Le dr Bruno Coudert, cancérologue au centre Georges-François Leclerc, à Dijon, a mené une étude sur 142 patientes atteintes d'un cancer à progression rapide ( HEr2+) et suivant une chimiothérapie.

    Le TEp scan a permis de mesurer, entre la première et la deuxième cure, la réponse de la tumeur au traitement, et de le modifier en fonction. " L'utilisation de l'imagerie TEP scan permet de prédire le résultat d'un traitement standard et de mieux orienter le traitement ultérieur", résume ainsi le spécialiste.

    Un protocole LPG dédié pour améliorer les suites opératoires.

    La chirurgie ( masectomie, tumorectomie, curage axillaire...), souvent nécessaire à la guérison, peut entraîner des effets secondaires non négligeables, comme des cicatrices douloureuses, des fibroses ( réactions inflammatoires de la cicatrice) ou un lymphoedème ( gonflement lié à une accumulation de liquide lymphatique). La machine LPG est habituellement utilisée pour effectuer des massages palper-rouler, réalisés avec des embouts adaptés selon la zone à traiter.

    Le groupe du même nom, en collaboration avec des chirurgiens oncologues et des  Kinésithérapeutes spécialisés, a élaboré des protocoles spécifiques de prise en charge prè et post-opératoire du cancer du sein. " Ce principe de massage mécanique optimise la micro-circulation, réduit l'inflammation des tissus et prévient la formation d'adhérence et la sensation de " sein dur".
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Entretenir et fortifier son squelette est primordial.

    Les Os sont un tissu vivant qui se détruit et se renouvelle en permanence jusqu'à la cinquantaine. A partir de cet âge, comme le reste des organes, ils sont soumis au vieillissement. Ils " fondent" plus vite qu'ils ne se reconstruisent, et ils perdent peu à peu en solidité et en résistance. A la différence de la peau qui affiche ses rides, rien ne signale un début d'ostéoporose. elle évolue longtemps, de façon silencieuse, sans provoquer ni douleur ni gêne articulaire. Ce processus inéluctable qui rend l'os poreux et susceptible de se casser s'explique par une perte de minéraux essentiels, comme le calcium et le phosphore, liée à la carence en oestrogènes à la ménopause.


    Le diagnostic se fait encore trop souvent à l'occasion d'une fracture. Les os les plus touchés sont ceux du col du fémur et du poignet, ainsi que les vertèbres. Celles-ci peuvent se fracturer lors d'un faux mouvement du dos ou en portant une lourde charge. Parfois, la fracture vertébrale provoque d'intenses douleurs et le diagnostic radiographique d'ostéoporose peut être rapidement posé.

    Mais la fracture peut aussi s'avérer indolore et passer inaperçue. Seule la perte de centimètres en témoigne. Un tassement de plus de 2 centimètres doit alerter le médecin et conduire à des examens plus approfondis. Un traitement est nécessaire, car de multiples fractures amènent à se voûter de plus en plus. Ce qui fragilise la respiration et la digestion, et altère profondément la qualité de vie.

    Un examen très efficace et sans douleur, mais souvent sous-prescrit.

    On estime que l'ostéoporose touche une femme sur trois après la ménopause et un homme sur trois après 65 ans. Lorsqu'elle est diagnostiquée suffisamment tôt, et traitée, il est possible de réduire de près de 50% le risque de fracture. Un examen simple, indolore et peu onéreux, l'Ostéodensitométrie, permet de mesurer avec précision la densité minérale osseuse, c'est à dire la teneur en calcium de l'os. En France, elle est remboursée à toutes femmes présentant des facteurs de risques ( ménopause précoce, antécédents de fracture, prise de corticoïdes pendant plus de 3 mois consécutifs, maigreur). Toutefois, différents experts, notamment du Groupe de recherche et d'information sur l'Ostéoporose  ( GRIO), la conseillent à toutes en début de ménopause.

    En effet, " la moitié des femmes ont déjà une ostéoporose sans facteur de risque spécifique", note le docteur Florence Trémollières, responsable de l'unité ménopause au CHU de Toulouse. Seul l'examen permet de la repérer et de mettre en place les mesures préventives. Il vous sera facturer 40 euros lorsqu'il est pratiquer à l'hôpital public. Votre médecin vous prescrira l'ordonnance, à vous de vous prendre en main.
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • ça gratte, ça brûle...les fillettes, comme les garçons, peuvent avoir des petits soucis, à soigner sans délai. Sensation de brûlure, rougeurs, démangeaisons...

    Quand une petite fille se plaint au niveau de son " sexe", c'est fréquemment à cause d'une vulvite. L'infection, bénigne, est assez courante, surtout entre l'âge de  trois et six ans. Et elle est souvent récidivante. Pour des raisons anatomiques, tout d'abord: la proximité de la vulve et de l'anus favorise la transmission des bactéries. La muqueuse vulvaire, qui ne produit pas encore d'estrogènes, a peu de moyens de défenses contre les infections. La flore vaginale n'est pas en place et ne peut donc assurer son rôle protecteur.

    Enfin l'absence de pilosité fait qu'il n'existe aucun barrage contre les germes. S'ajoutent ensuite d'autres facteurs irritants: le sable en été, par exemple, mais aussi et surtout le maintien d'une humidité qui permet la prolifération de germes. C'est souvent le cas quand les petites filles ne veulent pas aller aux toilettes à l'école et se retiennent. Résultats: des fuites, mêmes légères, peuvent faire le lit d'infections.

    Une bonne toilette intime , dès le plus jeune âge. Pour éviter les irritations, il faut donc insister auprès de l'enfant, qui ne doit pas se retenir de faire pipi pendant des heures. Ensuite, on l'accompagne dans son autonomie en lui montrant les bons gestes pour s'essuyer:

    objectif zéro humidité dans la culotte ( de préférence en coton), et bien aller d'avant en arrière avec le papier. Si elles sont pratiques quand on voyage, mieux vaut éviter l'utilisation de lingettes au quotidien. Côté toilette intime, on adopte un savon neutre ( sans parfum ni colorant). On se lave à la main-pas au gant-une fois par jour, éventuellement deux fois en cas d'irritations ( ou quand on est malade, diarrhée ...)
     

    On soulage la douleur.Oui, une vulvite, c'est douloureux! On va voir le pharmacien, ou mieux, le médecin. On peut soulager en faisant une toilette avec un savon spécifique enfant ( antiseptique)  et en cas de récidive, le médecin ou pédiatre...pourra prescrire un traitement contre les oxyures, des parasites intestinaux, souvent associés.  Les prélèvements vulvaires ne sont pas systématiques.

    Quand à la prescription d'antibiotiques, elle est rare ( seulement en cas de vaginite associée). Ces infections intimes passent d'elles mêmes autour de huit ans, avec la croissance de la région pelvienne et de meilleurs réflexes d'hygiène. Si la fillette est sujette aux vulvites dans l'enfance, elle ne sera pas plus exposée aux infections intimes de l'âge adulte ( cystites, mycoses, etc...).


    Les garçons aussi.Les petits garçons peuvent faire des infections du prépuce ( posthite) et, ou, du gland ( balanites). Ces infections sont souvent bénignes et guérissent en quelques jours avec des soins locaux. On utilise des antiseptiques de type chlorhexidine, en évitant si possible le Dakin, trop agressif sur les muqueuses et qui aggrave souvent les douleurs et les irritations.

    Ces balanites permettent parfois aux adhérences de disparaître spontanément. Il faut surtout dédramatiser la situation et expliquer le bon geste de décalottage à l'enfant, dès l'âge de trois ans, pour découvrir le gland de façon à le nettoyer correctement... sans oublier de recalotter après.Mais le mieux, comme pour les petites filles , quand il s'agit de donner des soins intimes, d'aller consulter son médecin.
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique